RETOUR EN FRANCE EMPLOI

Comment retrouver du travail au retour en France ? (3/4)

Trouver du travail au retour en France : tout savoir !


pascale daumezon
mary le gardeur

Cet article fait partie de la série « Comment réussir son retour en France » après le retour professionnel du conjoint suiveur dont je vous parlais dans l’épisode 2, et l’état d’eprit pour un bon retour en France dans l’épisode 1,

Au retour la question de l’emploi peut évidemment faire peur parce qu’on se dit :

  • qu’on ne sait plus chercher de l’emploi « à la française » : comment faire un CV en France par exemple ?
  • parce qu’on a peur des préjugés : les Français ne veulent que des diplômés je ne vais jamais trouver de travail après mon expérience en expatriation
  • parce que sans emploi pas de retour et que ça met la pression…

et plein d’autres choses encore !

Cet article est donc là pour vous aider avec des aspects pratiques sur la recherche d’emploi et aussi des questions de fond !

Pour lever de nombreux préjugés et freins que l’on se met quand on cherche du boulot au retour en France, j’ai interviewé 3 expertes des RH et du recrutement :

Pascale DAUMEZON, directrice des Ressources Humaines chez IRI depuis 7 ans mais aussi 10 ans chez HP, 7 ans chez SUN Micro Systems

et Mary Le Gardeur, qui a fondé Mix&Match depuis 7 ans après une carrière dans les études marketing et qui donc « chasse » maintenant ! (https://www.mixmatch.fr)

et Amélie de Happy Recruteur .

Et je les ai interrogées sur la manière dont elles voyaient les expatriés, la place qu’elles avaient envie (ou pas !) de nous donner à notre retour en France !

Alors c’est parti à la fin vous aurez toutes les cartes pour trouver un emploi au retour en France !!


La recherche d’emploi au retour en France


Peut-on passer des entretiens Skype pour trouver du travail au retour en France ?

Commencer à postuler alors qu’on est encore en expatriation ?

Pascale nous dit :

  • Tous les jeunes en étude à l’étranger se font recruter par Skype et on a l’habitude
  • Pour le 1er entretien téléphonique cela ne pose pas de problème
  • Sur les postes plus hauts, on a plus besoin de voir les gens ensuite

Ensuite cela va dépendre des pratiques des entreprises mais cela se fait vraiment beaucoup et sans problème majeur.

 

Donc oui, vous pouvez commencer à chercher du travail quand vous êtes encore à l’étranger, dans les 3/6 mois avant votre retour en gros, pour commencer à comprendre le marché.

Ma recommandation dans tous les cas :

  • mettez-en haut du CV votre date de retour en France,
  • mettez si vous le pouvez une adresse de retour même si c’est celle d’une personne qui vous héberge. L’idée est de rassurer sur le fait que le logement ne sera pas un problème. 

Si vous attendez d’avoir un job pour rentrer, notez une date de retour dans 3 mois.

Et notez-le aussi dans votre mail de motivation !

OBJECTIF : RASSURER !

Quand rentrer ? postuler quand on rentre en France après une expat ?

Amélie nous explique qu’il y a 2 grandes rentrées :

  • Septembre / octobre pour laquelle on cherche en mai (c’est tôt parce qu’il y a l’été!)
  • Janvier/février : les recruteurs cherchent plutôt à partir de novembre

Le reste du temps, il y a évidemment des postes à pourvoir, on repart sur la logique de postuler avec un délai de 3 à 6 mois maximum.

ENTRETIEN EMBAUCHE SKYPE

Comment je m’y prends pour chercher du travail au retour en France ?


Accompagnement Savoir se vendre timeline

Toute recherche d’emploi doit commencer par un ciblage.

C’est encore plus vrai quand vous rentrez d’expatriation, n’envoyez pas des CV dans tous les sens sous le coup du stress de « faut vraiment que je trouve un boulot pour rentrer ». Vous allez vous épuiser et perdre confiance.

  1. Ciblez votre recherche,

en faisant le point en utilisant par exemple ma méthode des 3 curseurs :

  • vos compétences et vos atouts : qu’est ce que ces expatriations vous ont apportées et que les autres n’ont pas ?
  • vos envies, ne les oubliez pas, oui vous devez trouver un travail et éventuellement alimentaire au départ mais ensuite remettre vos envies au coeur sera la clé du succès : on est meilleur quand on est motivé et qu’on aime ce qu’on fait (et on est plus heureux aussi …)
  • et vos contraintes pour filtrer le tout.

Le Guide à télécharger reprend tout cela en détail !



2. Une fois vos cibles établies vous pouvez aller mettre à jour vos outils de ventes

(CV, Linkedin, pitch de présentation…)

3. et répartir vos candidatures entre :

  • job boards : les principales restent Cadremploi, Apec. Welcometothejungle a aussi des offres très biens pour les profils d’expat.

Attention la dernière étude Apec montre que les postes sont pourvus à 55% par des offres d’emploi donc ne vous cantonnez pas à ça !

  • LinkedIn est incontournable et doit être exploité A FOND
  • les candidatures spontanées (8% des postes pourus en 2018)
  • les cabinets de recrutements
  • le réseau 

Je vous détaille tout cela dans cet article : https://www.ah-accompagnement.com/recherche-demploi-le-mode-demploi/


Le CV français un casse-tête ?

Avant de vous lancer dans la réécriture de votre CV, LA chose importante à savoir est qu’un CV français est ciblé, il faut écrire un CV pour un type de poste recherché.

Donc tant que vous ne savez pas ce que vous cherchez… ne refaites pas votre CV ! Vous l’avez compris en principe si vous avez suivi les étapes du haut !

Ensuite les questions qui reviennent le plus souvent sont

  • faut-il mettre sa photo sur un CV quand on cherche un emploi en France ? ça dépend !
  • combien de pages : 1 ou 2 si vous avez un longue expérience JAMAIS PLUS !

Pour en savoir plus sur la question du CV :  comment rédiger un CV francais !

cv


Oh mon dieu j’ai tellement pas envie, le temps, je me sens tellement pas prêt à faire ça !



Les difficultés pour trouver du travail au retour en France :

les freins possibles

Une fois ces aspects pratiques de la recherche d’emploi traités passons aux choses sérieuses : quels sont les freins possibles, les difficultés que peuvent rencontrer les expatriés qui cherchent du travail au retour en France ?

LES freins emploi retour france

La non connaissance du marché français peut être un frein à l’emploi au retour en France

Pascale nous dit que pour certains postes elle va privilégier des personnes qui connaissent bien le marché :

  • Par exemple pour la connaissance du fonctionnement des syndicats,
  • Pour des postes où le réseau est important, elle peut choisir une personne qui a un gros réseau local. Si la personne est à l’étranger depuis plus de 5/6 ans, on se dit que son réseau français va être limité. Des postes de commerciaux par exemple.
  • Pour des postes où on peut avoir besoin de connaissances des habitudes locales : les consommateurs, …

Mais Mary m’a raconté qu’effectivement parfois cela lui avait été demandé et finalement c’est une personne étrangère qui a été recruté parce que son profil était top !

Donc si dans votre futur job, cela peut être un frein : préparez vous, bossez le sujet !


Et si je n’ai pas les bons diplômes, est-ce gênant pour chercher un job après une expatriation ?

La France évolue aussi sur ces questions et si vous avez une expérience longue dans un domaine sans le bon diplôme en face vous pouvez aussi postuler à des offres ! Cela dépend évidemment des secteurs, certains étant réglementés.

Je vous en dis plus dans cet article si c’est un gros sujet pour vous : la France et les diplômes, un frein quand on cherche du travail au retour en France ? 


Oui mais mon parcours est atypique !

J’ai beaucoup aimé le retour de Mary sur le sujet qui m’a dit « mais les expats, ce ne sont pas des atypiques! »

« Atypique c’est quelqu’un qui fait 3 ou 4 métiers différents, qui était dans le commerce et devient statisticien. Mais quelqu’un qui fait son boulot dans différents pays n’est pas un profil atypique. »

« Bouger ce n’est pas atypique, c’est un vrai plus. Ça veut dire qu’on est débrouillard courageux, mature, qu’on parle anglais. Donc ce sont de nombreux avantages. »

Bon je crois que le message est clair ! Alors vous pouvez en plus d’être expatrié être atypique bien sûr 😉

Si vous avez changé de voie en expatriation par exemple mais sinon le fait d’avoir voyagé n’est pas en tant que tel un atypisme mais un atout donc !

Mais souvent les barrières sont dans vos têtes, il s’agit de vos peurs.

Rechercher un travail fait toujours un peu peur et effectivement en France le processus de recrutement peut être un peu plus long qu’à l’étranger.

Vous n’avez peut-être pas eu à passer d’entretiens, à envoyer de CV depuis longtemps, …

Et face à un refus, ou à un délai de réponse un peu long, vous partez dans une analyse de rejet : les Français ne laissent pas la place aux profils différents, il faut forcément des diplômes…

 

 

Etes vous prêt à rentrer VOUS dans votre tête ? C’est une des questions que se posent les recruteurs !

Si cela vous parle, la question va être de vous demander, si vous êtes prêt vous à rentrer avant de voir si les recruteurs vont être prêts à vous recruter.

C’est une question d’état d’esprit dont je parlais dans mon dernier article .

Si vous rentrez avec en tête « la France c’est nul, ils ne vont pas me laisser ma place », cela va probablement se passer : parce que cela va se sentir, on va se dire que vous allez avoir du mal à vous réintégrer …

C’est quelque chose que Pascale a en tête, elle me dit qu’après 10 ans, elle se demande si la personne va bien se réintégrer.

A vous de montrer que oui ! Que bien sûr le retour peut être compliqué, mais que vous avez ENVIE d’être là, ENVIE de ce poste et que vous êtes vraiment prêt à rentrer parce que vous avez préparé ce retour !


Quels sont les atouts à mettre en avant quand on cherche du travail au retour en France ?

force faiblesse

Travaillez vos forces, vos spécificités, le pourquoi vous !

Mary nous dit « il faut bosser le marché et se préparer, se donner les moyens de ce qu’on veut ! Arrêter de se chercher des excuses, de se mettre des freins ! »

Et puis il faut aussi aller là où vous avez des forces.

Si vous avez travaillé à l’international, vous aurez plus de chances peut-être :

  • Sur les headquarters internationaux,
  • Dans des sociétés qui cherchent à s’implanter dans les zones d’où vous venez…
  • Mettez-vous à la place des recruteurs et demandez-vous où votre parcours est intéressant.

Appuyez-vous sur vos différences ! et mettez-les-en avant.

Qu’avez-vous d’unique ? Qu’est-ce que vos expats vous ont apporté que les autres n’ont pas ? Ne vous mettez pas en concurrence sur des postes où la réponse serait « rien de spécial »!

Prenons un exemple :

Vous avez travaillé au Moyen-Orient pendant 10 ans sur le marché du yaourt/fromage.

Quelles sont vos limites possibles ?

  • connaissances des habitudes françaises sur la consommation de yaourt/fromage, des innovations des dernières années, de la concurrence… Le développement du bio, des petites marques très concurrentielles en France ne vous est pas familier car cela n’existe pas au Moyen-Orient.
    • Vous pouvez assez facilement vous remettre à niveau sur ce sujet, vous pouvez notamment avoir suivi les actualités, … mais ça pourra être un point à traiter

Quels sont vos atouts ?

  • connaissance du marché moyen-oriental : il pourrait être intéressant d’aller prospecter des sociétés qui cherchent à s’y développer. Mais aussi d’amener des idées de marché émergent, de produits existants dans ces pays et qui vous semblent possibles de développer en Europe pour montrer votre créativité.
  • soft skills développés : une capacité à gérer le temps « autrement » 😉 et donc une grande adaptabilité : quelles sociétés peuvent avoir besoin de cela ?

Les Softs Skills !

Amélie a réexpliqué l’importance des softs skills pour la réussite d’un recrutement et voici ceux qu’un expat peut mettre en avant d’après elle :

  • autonomie, adaptabilité,  et si c’est le cas bilingue

Et un autre très important en ce moment : l’ouverture d’esprit.

Le fait d’être sorti du moule, la rareté crée la demande !

Amélie nous dit « Le monde change, on cherchait un peu des clones avant en entreprise et on est un peu entrain de changer les choses maintenant.

En ne mettant que des clones on s’est rendu compte que la productivité et l’innovation baisse, Apple et Google ont compris qu’en apportant des personnes différentes les choses pouvaient changer !

Aujourd’hui il faut voir la différence comme une force ! mais il faut savoir la mettre en avant !

Si tu sais vendre ta différence ça sera une force, si tu ne sais pas la vendre ça sera une faiblesse et un échec.

Je rencontre beaucoup des personnes qui se sous-vendent ensuite. »



Les conseils pour trouver du travail au retour en France

après une expatriation !

1. Pascale propose pour un bon retour en France :

 

2. Mary vous conseille pour réussir votre retour en France et trouver un emploi !

  • de ne pas se mettre de barrière,
  • de préparer son retour et de bosser pour les postes que l’on vise si on a besoin de se remettre au gout du jour

Et je vous dirais :

 

  • Croyez y !

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure mais regardez tous ceux qui ont réussi, sans vous culpabiliser si vous mettez du temps, si vous avez besoin de temps.

En vous autorisant à râler (parce qu’on est français quand même !) si ça met plus de temps que ce que vous voudriez mais sans accuser ni les autres, ni vous… Ca VA MARCHER !

 

  • Bossez vos forces, vos forces, vos forces !!!!

MAIS comme le dit si bien Amélie, la clé est de savoir le mettre en avant, le raconter.

Alors si vous sentez que c’est là que ça coince, le programme SAVOIR SE VENDRE a été créé pour cela : pour vous aider à identifier vos forces, vos atouts et ensuite les mettre en avant dans les outils de vente « à la francaise » 😉

  • Et parfois aussi au retour, vous avez simplement changé

 

et vous avez envie d’autre chose. Il peut être intéressant de profiter de ce moment pour faire le point sur vos envies nouvelles si vous sentez que retourner dans ce que vous faisiez « avant » ne fait plus sens.

Dans ce cas, c’est un accompagnement « Trouver Sa Voie » qui fera sens !

INFOGRAPHIE AH

Ne ratez pas les prochains articles  : Inscrivez-vous à la Newsletter ICI !



Aller plus loin

Vous avez envie d’aller plus loin pour trouver ou retrouver votre voie, pour connaître vos forces, vos motivations, pour apprendre à vous vendre…

Je peux vous aider dans des accompagnements personnalisés en ligne. Prenez RDV pour une séance diagnostic OFFERTE pour voir ensemble quel accompagnement vous permettrait de répondre à vos questions


AH Accompagnement

Annaick

Je suis Annaick, j’ai passé 15 ans dans le marketing avec des moments joyeux et d’autres beaucoup moins, vécu 1 expatriation et un retour en France qui m’ont amené à me poser encore plus de questions sur mes envies professionnelles Et c’est au cours de cette 2ème expatriation au Moyen-Orient, que j’ai créé AH Accompagnement pour ceux et celles qui comme moi ont envie d’être épanoui au travail et par le travail. Je vous accompagne donc à trouver ou retrouver votre voie et à prendre votre envol professionnel avec des séances en ligne et des programmes personnalisés.

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2019-2020

Ajouter un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués*