edith by edith

Reconversion des cosmétiques à l’artisanat : le portrait d’Edith

Dans témoignages de reconversion, je reçois aujourd’hui Edith créatrice de ByEdith, accessoires de Mode et de Décoration d’intérieur en Dentelle au crochet et Broderie à l’aiguille.

Elle vient nous raconter sa reconversion du monde des cosmétiques au monde de l’artisanat donc !

Et pour la petite histoire, Edith et moi nous connaissons depuis un long moment puisqu’elle est mariée à mon cousin ;-), j’admire ses créations et son parcours que je connais donc depuis un petit moment ! Et puis il y a quelques semaines, je me suis dit « mais au fait pourquoi je ne parle pas de sa reconversion » ?

Alors la voici !


Reconversion : pourquoi quitter les cosmétiques pour les bijoux ?

RECONVERSION COSMETIQUE A L ARTISANAT BY EDITH

Bonjour pour commencer est-ce que tu peux nous raconter ton parcours ?

Depuis petite j’aime les activités manuelles : dessiner, peindre…

J’ai fait ma première broderie à 6 ans : une petite boite à bijou ovale rouge foncé avec sur le couvercle le petit morceau de toile Aïda sur laquelle j’avais brodé une maison.

« mais » j’aime également les sciences, surtout la géométrie, la chimie et la biologie, matières dans lesquelles expériences, observations, croquis, dessins et précisions sont indispensables. Du bonheur !

Je suis donc partie « naturellement » vers une filière scientifique en hésitant entre bio et chimie  pour finalement devenir formulatrice/chimiste dans l’industrie des cosmétiques et du parfum.

 

Alors est-ce que tu t’es plu dans ce secteur ? 

Oui c’est un métier de création puisque le but est de concevoir un mélange stabilisé (ou émulsion) de plusieurs matières premières et d’obtenir celui répondant aux exigences techniques, réglementaires et aux demandes des équipes marketing.

J’ai été dans des postes en Recherche & Développement au total pendant 15 ans pour 3 marques, avec peut-être le regret de ne pas avoir pu partir à l’époque dans un domaine plus axé Innovation, les départements étant très cloisonnés.

 

Pourquoi as-tu souhaité changer de travail ?

De nombreuses raisons :

  • l’ennui : une part trop faible de liberté et de création de nouvelles textures car je travaillais en développement et pas en innovation. Je faisais des essais en parallèle au labo une fois mes tâches exécutées histoire de combler cette frustration. Je n’étais pas dans le bon département.

 

  • le management actuel : Il ne correspondait plus à mes valeurs de travail bien fait. Trop de projets à réaliser dans l’urgence, avec cette impression de mal faire mon travail et de ne pas pouvoir aller jusqu’au bout des possibilités. Tant de belles propositions rejetées car « pas de temps », « pas de recul » …

 

  • la reconnaissance : C’est l’essence même de la fidélisation à mon sens. Malheureusement délivrée au compte goutte et pourtant si facile à mettre en œuvre.

 

  • le trajet : 2h20 dans les transports tous les jours. J’ai testé les transports en commun et la voiture. Le télétravail n’existait pas à l’époque ! Et cela se fait aujourd’hui pour la partie administrative gestion de projets.

 

Tu as décidé de changé « d’un coup » ou ça t’a pris du temps ?

J’ai quitté 3 marques en 3 ans et demi de 3 manières différentes !!

 

  1. La démission avec un Cdi qui m’attendait à 15 min de chez moi en voiture
  2. Le licenciement économique de cette dernière après 2 ans de contrat.
  3. 6 mois après le licenciement, j’ai postulé pour un CDI qui s’est finalement avéré être un CDD. Le poste étant revenu à quelqu’un qui venait de finir 3 CDD. J’ai mis fin à un an de CDD dans cette dernière entreprise trop loin de chez moi (frais d’essence, usure voiture, fatigue et vie de famille en pointillé…). J’ai prévenu la DRH que je ne pouvais pas rester après leur refus d’aménagement de mes horaires. Un CDI aurait pu permettre plus facilement la mutation de mon mari.

Se reconvertir dans l’artisanat : les étapes


SE RECONVERTIR DANS L ARTISANAT

Quand tu as décidé que tu en avais vraiment assez ,comment as-tu trouvé ta nouvelle voie ? 

Je me suis donc retrouvée chez moi, face à moi-même pendant 2 ans.

D’abord j’ai profité de mes enfants,

puis j’ai pris du temps pour moi :

  • en découvrant le running,
  • en faisant les petits travaux de peinture et de déco laissés en suspend depuis tant d’années
  • puis en goûtant au plaisir de travailler à mon rythme en confectionnant des objets textiles brodés ou en dentelle au crochet.

Cela a été un très beau et bon moment de pure création et exploration.

J’ai vraiment aimé cette liberté d’organisation.

Ce sont des amis qui m’ont dit que je devrais tenter la vente de mes jolies productions.

En concertation avec mon mari, et en évaluant ce que serait le budget familial, je me suis lancée. Tous les emprunts bancaires étant terminés ou sur la fin, c’était le bon moment pour enfin bâtir quelque chose de mes mains et qui me permettrait de travailler de chez moi. Je n’était absolument plus motivée pour chercher un travail salarié vide de sens. Je combinais ainsi une passion et un confort de vie.

VOUS AIMEREZ AUSSI cet article :   Reconversion en psychologie : le portrait de Stéphanie

 

Tu n’as pas eu de peurs, de doutes ? 

Oh si ! et ce qui a déclenché le passage en micro-entreprise ce sont les séances d’hypnose pour justement réussir à lâcher les peurs profondes.

 

Qu’est-ce qui te bloquait ? 

Pour résumer : la peur !

Mettre une fin à une première vie professionnelle pour laquelle j’avais fait des études. Pendant ces séances d’hypnose j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps et ensuite j’y suis allée !

Ce n’est pas évident une reconversion !

Tu veux changer mais le passé te « rattrape » on te propose un poste à gauche à droite, mais clairement je ne peux plus retourner dans le métro boulot dodo !

 

Et quand tu as été prête as-tu suivi des formations ? 

En dilettante pour la broderie et le crochet.

Pour le fonctionnement de ma micro, la grande majorité et les plus importantes de mes formations ont été faites à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat sur les 120h /an gratuite.

J’ai complété par une petite formation payante sur le plan de communication.

Et actuellement je continue de me former avec des webinaires (webikéo par exemple) ou des masterclass gratuites repérées sur les réseaux sociaux.
La formation est essentielle et permanente.


Une reconversion dans l’artisanat : facile ou pas ?


Copie de AH ACCOMPAGNEMENT (5)

Comment pourrais-tu résumer ton métier ? 

Il est absolument complet. Ce n’est pas un métier que j’ai de nouveau, mais plusieurs métiers. La microentreprise m’a fait découvrir les domaines du numériques, la création et l’entretien d’un site web, la vente, la communication…

 

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans l’artisanat et la création de bijoux et accessoires ? 

Les liens et les relations fortes, le soutien et le partage avec certains artisans.

L’authenticité, la bienveillance et la spontanéité dans les relations professionnelles.

 

 

Ce qui est le plus difficile ? 

L’isolement.

Je n’ai pas de boutique, personne ne vient à part sur rendez-vous.

Au début j’ai passé beaucoup de temps à la chambre des métiers de l’artisanat, pour me former, rencontrer des artisans. Ca m’a permis de faire connaissance et de garder contact.

Mais avec le Covid, les formations sont annulées et c’est dur parce que les formations servaient aussi de lien. On a fait des ateliers à la maison pour se motiver stimuler : ca rassure de voir qu’on n’est pas seule à galérer !

Il y a eu des webinaires mais ce n’est pas pareil.

 

Quels sont les conseils que tu donnerais à quelqu’un qui veut faire ce métier ?

Ne pas être pressé.

Les choses viennent au fur et à mesure. Devant la montagne d’éléments à mettre en place, j’ai pris le parti de faire les choses à ma manière, dans l’ordre qui me convenait et à mon rythme.

C’est le luxe de l’indépendance. Je n’ai pas forcément appliqué tout ce qui était dit de faire. Les choses se sont mises en place doucement.

Par exemple, j’ai fait la formation création site web 2 ans avant de le créer ! Malgré la pression de part et d’autre, j’ai préféré me concentrer dans un premier temps sur le contact direct avec ma clientèle au travers des expos et murir ainsi le contenu de mon site.

 

Comment as-tu fait pour trouver tes premiers clients ?
J’ai fait des expo-ventes, pour avoir un contact direct avec la clientèle, voir ce qui plait ou pas, comprendre ma clientèle type.

 

Quand je discute avec des créatrices, une des difficultés principales et le temps passé sur une pièce vs le prix possible de vente. Les gens ont de plus en plus envie de soutenir l’artisanat français mais ils sont aussi « mal habitués » au prix made in China. 

Est-ce que tu arrives toi à facturer un tarif horaire correct ? 

Alors je compte entre 12 et 15€ de l’heure et je me fais une marge en plus pour absorber les frais d’électricité, hébergement site web. J’ai fait un outil excel pour calculer tout ça !

En boutique éphémère je rajoute la TVA et la commission qui est prise.

Et oui j’arrive à facturer le temps que je passe à faire les pièces.

VOUS AIMEREZ AUSSI cet article :   Reconversion comme architecte d'intérieur : Amélie !

 

Est-ce que tu t’y retrouves financièrement alors ? 

Pas encore, cela fait 2 ans1/2 que je suis immatriculée. Mais 2021 commence plutôt bien car je n’ai plus de dettes et je démarre l’année enfin dans le vert en trésorerie. Pourvu que ça dure !

Je ne me verse pas encore de salaire. On dit que les 3 ans sont un cap.

Ce n’est pas un métier fait pour s’enrichir.

La difficulté aussi c’est quand tout à coup tu as une grosse commande, au final on a que 2 bras !

Et pour scaler (grandir) il faudrait embaucher et ne plus faire soi-même et ce n’est pas ce que je veux faire…

Ce que j’aime en plus c’est créer donc c’est plus long, refaire derrière qui est plus rentable ca me plait moins donc c’est sûrement moins rentable : ce sont aussi des choix personnels.

L’autre option ce sont les cours pour la transmission et c’est un moyen aussi d’être visible, j’y pense.

 

Et est-ce que tu t’y retrouves dans ta vie perso ?  

Oui je suis RAVIE.

Les enfants sont contents d’avoir une présence à la maison en rentrant des cours. Et je suis contente d’avoir un œil sur eux.

Mon mari est plus libre professionnellement pour ses missions. Terminé le casse-tête organisationnel en cas de changement d’emploi du temps de chacun !
Je me définissais comme un rat de labo, je suis maintenant un rat d’atelier !

 

Comment as-tu vécu tous ces changements ? 

Se retrouver face à soi-même n’est pas évident.

De la solitude, beaucoup, car la seule personne à décider et à choisir son destin, c’est soi-même.

Même en étant bien entourée, avec un mari qui me soutenait à 100%, le doute, la peur et le découragement se sont présentés. Et il a fallu les affronter seule et trouver une solution pour avancer. Pour ma part, 2 séances d’hypnose ont permis de lever certains freins à cette aventure.

 

Et ma question traditionnelle de la fin : et si c’était à refaire ?

Je le referais sans hésiter.

Les 2 années de micro me semblent être mon expérience professionnelle majeure tellement elles ont été riches. Plus que 10 ans de salariat !


Alors : envie d’oser le CHANGEMENT ?!


Merci encore à Edith pour ce témoignage.

Edith nous montre bien ici que pour arriver à être RAVIE à la fin elle a dû traverser les doutes, les peurs, …

Et oui, les personnes qui changent de voie ne sont pas des super héros/héroines et vivent elles aussi ces peurs et ces doutes mais réussissent justement à les dépasser. 

 

J’espère que ce témoignage vous donne à vous aussi envie d’oser le changement ! Et pour vous aider à franchir une première étape, je vous propose :

GUIDE OFFERT AH

crea by edith

Si vous aussi vous trouvez le projet ET les créations canons :

https://www.instagram.com/byedithg/

https://by-edith.com/

 

Et la boutique pour ne pas perdre de temps : https://by-edith.com/boutique-dentelle-broderie/


Ne ratez pas les prochains articles  : Inscrivez-vous à la Newsletter ICI !



Aller plus loin

Vous avez envie d’aller plus loin pour trouver ou retrouver votre voie, pour connaître vos forces, vos motivations, pour apprendre à vous vendre…

Je peux vous aider dans des accompagnements personnalisés en ligne. Prenez RDV pour une séance diagnostic OFFERTE pour voir ensemble quel accompagnement vous permettrait de répondre à vos questions


AH Accompagnement

Annaick

Je suis Annaick, j’ai passé 15 ans dans le marketing avec des moments joyeux et d’autres beaucoup moins, vécu 1 expatriation et un retour en France qui m’ont amené à me poser encore plus de questions sur mes envies professionnelles Et c’est au cours de cette 2ème expatriation au Moyen-Orient, que j’ai créé AH Accompagnement pour ceux et celles qui comme moi ont envie d’être épanoui au travail et par le travail. Je vous accompagne donc à trouver ou retrouver votre voie et à prendre votre envol professionnel avec des séances en ligne et des programmes personnalisés.

Ajouter un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués*