pexels-fauxels-3184418

Comment bien gérer l’entourage lors de votre reconversion ?


reconversion entourage

Reconversion professionnelle : oui on aimerait avoir le soutien de TOUT son entourage !

Quand vous avez envie de changer de voie, vous faites face à de nombreuses questions, à de nombreux doutes :

Bref c’est la ronde infernale des questions que je symbolise le plus souvent par le hamster dans sa roue.

Et vous avez légitiment envie d’aide pour sortir de la roue !

Et vous allez tout aussi légitiment vous tourner vers les personnes les plus susceptibles de vous apporter de l’aide dans votre reconversion : votre entourage proche.

En leur demandant :

  • pour quoi vous êtes fait
  • si votre idée de changement, de création d’entreprise est la bonne
  • du soutien …

 

Et là, ça ne va pas toujours marcher, et vous allez être déçu, déstabilisé, en colère par leurs réactions (pas toujours bien sûr !)..encore plus perdu.

Bref très vite, vous vous dites que vraiment « l’enfer c’est les autres ».

 

Je vous propose de comprendre déjà pourquoi votre entourage ne réagit pas toujours comme vous l’entendez quand vous avez des envies de changements professionnels.

Et ensuite de mettre en place une stratégie pour survivre à une reconversion sans éliminer tous les membres de son entourage 😉


Entourage et reconversion : pourquoi sont-ils souvent de mauvais conseillers  ? 


reaction de l'entourage et reconversion AH Accompagnement

L’entourage idéalise / envie votre situation 

 

Il peut y avoir de la part de votre entourage l’envie de vous expliquer que vous avez quand même un job au top parce que :

  • bien payé
  • qui brille dans les dîners
  • en CDI
  • pas loin de la maison ….

 

Quelle que soit la raison que votre entourage peut invoquer il y a derrière ce phénomène :

  • une idéalisation de votre situation : il trouve que votre situation est enviable d’un point de vue « statutaire » mais ils ne sont pas avec vous pour vivre le quotidien d’un poste pour lequel vous vous ennuyez, vous n’avez plus de sens, un chef et/ou des horaires qui pressurisent…

Bref ils idéalisent un nom de poste, un statut …

 

  • parfois une tentative de minimiser votre mal-être parce que le travail « c’est dur »

On peut ainsi face à l’expression de votre mal-être vous dire que c’est contextuel, c’est votre chef, c’est parce que vous êtes fatigué, vous n’êtes jamais content, le boulot c’est le boulot c’est marrant pour personne …

Derrière ces propos il peut y avoir

    • des personnes qui parfois aussi sont mal dans leur job mais n’osent pas bouger,
    • des personnes pour lesquelles parfois le boulot effectivement ce n’est que le boulot ou bien le boulot doit être dur et qui du coup ne comprennent pas votre envie d’épanouissement professionnel.

Non ce n'est pas ma vie ! (so sad !)

pexels-rachel-claire-4577191

Non ce n'est pas un caprice !

alexander-dummer-Em8I8Z_DwA4-unsplash

Et pourtant non ce n’est pas un caprice …

Et vous avez alors le risque de vous dire que c’est un caprice, qu’effectivement on ne peut pas tout avoir et que le travail c’est dur …

Mais le signe qui ne trompe pas, c’est bien le mal-être ressenti quand vous allez travailler.

Une personne que j’accompagne me parlait des nausées tous les matins en allant travailler, d’autres ont la boule au ventre dès le dimanche, d’autres « bénissent » le covid qui les mets en pause professionnelle…

Est-ce un caprice vraiment de se dire que la vie ce n’est pas ça et que, sans chercher le mouton à 5 pattes, on a le droit d’être épanoui dans son job ?

Alors oui bien sûr avoir un CDI en temps de crise est une chance,

oui il y a des situations pires que la vôtre peut-être…

mais la question n’est pas de chercher « qui est le plus malheureux » mais d’agir avec ses propres capacités, pouvoirs d’action.

Vous n’améliorez pas le monde et la misère en restant malheureux dans un poste en CDI juste parce que vous avez la chance d’avoir ce beau salaire.

Il s’agit plutôt d’aller construire un projet qui vous conviendra, ce qui ne veut pas dire vivre tout plaquer du jour au lendemain avec une prise de risque énorme.

A découvrir aussi :  Démissionner de l'Education Nationale au retour en France, portrait d'Annabel

L’entourage a peur des reconversions

 

Le 2ème pan des réactions est souvent lié aux peurs.

 

Vos parents peuvent avoir peur que vous lâchiez ce fameux CDI bien payé pour aller vers un ailleurs, inconnu surtout au début de vos envies de changement.

Ils peuvent aussi se dire qu’ils ont payé une école très chère pour vous assurer un bel avenir et que vous allez maintenant tout lâcher (oups la culpabilité pour vous !).

 

Votre conjoint(e) peut avoir peur des changements de vie qui peuvent émerger de vos réflexions : est-ce que vous allez avoir envie d’aller en Province alors qu’il n’en a pas du tout envie ? d’élever les fameuses chèvres comme « tous les reconvertis » ?!

Une reconversion implique de rebattre les cartes d’un couple et de renouer un nouveau contrat sur de nouvelles bases et c’est inquiétant pour le conjoint bien sûr au-delà même de l’aspect financier.

 

Et comprenant ce qui se cache derrière les remarques, on comprend que « l’avis des autres c’est la vie des autres » surtout ! Et il s’agit donc ensuite surtout de faire le tri de ce qu’on écoute, de qui on écoute pour ne pas se rajouter des peurs et des freins !

Non ce n'est pas un saut dans le vide !

benjamin-wedemeyer-9FMDYPCv8mQ-unsplash

Comment réussir à gérer les réactions de l’entourage pendant la reconversion ? 


reussir a gerer son entourage reconversion

1. Au début d’une reconversion quand vous êtes en plein doute : CHUT 🙂

Le conseil que je donne le plus en début d’accompagnement sur le programme TROUVER SA VOIE : ne pas en parler !!! Nous avons même dédié un coaching de groupe à ce sujet et c’est vraiment le meilleur conseil que je puisse donner pour le début !

 

Pourquoi ne pas parler de sa reconversion à son entourage au début ? 

Quand vous êtes dans la période de doutes, de réflexions, quand vous avez 10 nouvelles idées par jour, votre entourage va avoir peur puissance 10 !

Cette période est épuisante pour vous à passer d’une idée à l’autre, à hésiter, et à être (pour prendre l’image d’une de mes accompagnées) comme une machine à laver qui tourne dans un sens dans l’autre et finie en mode essorage ! Et vous mourez d’envie de parler de ces 1000 idées, ne le faites pas parce que c’est encore plus épuisant pour l’entourage qui ne suit pas vos pensées, qui ne voit pas les liens entre les projets, pense que vous allez dans tous les sens… 

Ou bien,et j’y reviendrai, choisissez quelques oreilles qualitatives et « faites pour ca » !


TROUVER SA VOIE AH 2

2. Le projet est affiné : du soutien mais pas n’importe comment

 

Quand les choses s’affinent et que vous pouvez arriver sur 2/3 projets ( l’étape 2 sur le schéma) sur lesquels vous hésitez , les choses sont différentes !

 

Votre conjoint(e) : il est clé évidemment ici de faire le point avec son partenaire pour parler notamment de choses concrètes si vous avez envie de reprendre des études, si votre projet implique un changement de revenus, etc. Et de faire le point concrètement sur les envies et possibilités des 2 côtés.

Soyez ici franc avec vous-même. On a tendance à rêver des phrases comme « je te soutiendrais quoique tu fasses ton bonheur est plus important que tout » bien sûr !

Mais le diriez-vous vous à votre partenaire s’il vous annonçait une reprise d’études de 5 ans sans revenu ?

Donc on se met à la place de l’autre, des craintes qu’il peut avoir notamment de la gestion du quotidien, des enfants et on parle concrètement de tout ça de ce qui peut être mis en place.

 

La famille : on peut échanger en parler, sans forcément attendre de soutien inconditionnel. Et si le soutien ne vient pas ne pas en faire de drames …

Avec la famille,  attention aussi aux étiquettes qu’on vous a « collée ». Vos parents notamment vous voit « toujours » comme la personne de 15/20 ans (au mieux !!).

Les phrases « mais tu as toujours été timide ca ne marchera jamais » ont vite fait de vous faire douter alors que vous avez 35 ans et que vous n’êtes plus du tout timide.

A découvrir aussi :  Comment trouver le travail idéal ?

 

L’entourage plus éloigné : on écoute et on trie !

On peut écouter les retours, se demander ce qu’on peut retirer des conseils, avis, doutes pour faire mûrir son projet.
Ne pas tout remettre en question parce qu’on vous dit « ah mais moi je connais quelqu’un qui a fait ça et ça n’a pas marché ». Mais vous pouvez chercher à comprendre par exemple pourquoi ça n’a pas marché, et en tirer des leçons.

Il peut être intéressant aussi d’écouter des retours s’ils reviennent beaucoup. Si votre conjoint, vos parents, vos amis vous disent que ce projet est bancal… peut-être que ce projet est bancal et qu’il faut aller le travailler plus en détail.

D’où l’intérêt du point 3 : un soutien de qualité, il ne s’agit pas d’être seul sur son projet, il est important d’avoir des avis extérieurs mais les bons !!

3. Et du soutien de qualité pendant sa reconversion !

 

Du coup je reste tout seul dans mon coin ?

Et bien non bien sûr mais vous allez chercher du soutien qui soutient et pas qui enfonce !

 

Ca vous permet aussi d’économiser beaucoup d’énergie : pas la peine de convaincre la terre entière du bien-fondé de votre projet, d’avoir le soutien de tonton Michel mais bien des personnes qui vous importent et de personnes positives et bienveillantes !

Cela peut bien sûr venir :

  • des parents et partenaire dans certains cas !

 

  • mais aussi d’un ou une bonne copin(e) qui a toujours la pêche et voit toujours le verre à moitié plein.

 

  • d’une personne qui a fait le même chemin et a réussi et sera là pour vous guider, vous inspirer.

 

  • de professionnels de l’accompagnement si besoin qui sont là pour écouter toutes vos questions !! Et oui sans jugement 😉 Et pour vous rebooster ! Mais c’est un job !!!

3 etapes pour une reconversion

Un coup de main là tout de suite !

 

Si vous avez envie d’avancer dès aujourd’hui sur vos projets de reconversion, je peux vous aider :

 

PETITS PAS 

  • le GUIDE OFFERT est là avec la méthode des 3 curseurs pour débroussailler le sujet et répondre mieux que Tonton Michel à pas mal de questions !

 

ET HOP JE SAUTE LE PAS !

Et si vous vous sentez bloqué, si vous avez besoin de soutien pour avancer, le PROGRAMME TROUVER SA VOIE est là  pour vous : n’hésitez pas à prendre un RDV Diagnostic pour voir si nous sommes faits pour avancer ensemble !

Vous aurez le droit et le devoir de me parler reconversion tout le temps pendant 8 séances individuelles de 1h15 et avec vos copains qui se posent les mêmes questions dans les coachings de groupe : c’est pas la fête ça ?


Ne ratez pas les prochains articles  : Inscrivez-vous à la Newsletter ICI !




Aller plus loin

Vous avez envie d’aller plus loin pour trouver ou retrouver votre voie, vous vous sentez perdu, dans le brouillard et vous n’osez pas lancer le mouvement ? 

Je peux vous aider dans des accompagnements personnalisés en ligne.

Prenez RDV pour une séance diagnostic OFFERTE pour faire le point sur votre situation et comprendre si un accompagnement ensemble serait la bonne solution !


AH Accompagnement

Annaick

Je suis Annaick, j’ai passé 15 ans dans le marketing avec des moments joyeux et d’autres beaucoup moins, vécu 1 expatriation et un retour en France qui m’ont amenée à me poser encore plus de questions sur mes envies professionnelles Et c’est au cours de cette 2ème expatriation au Moyen-Orient, que j’ai créé AH Accompagnement pour ceux et celles qui comme moi ont envie d’être épanoui au travail et par le travail. Je vous accompagne donc à trouver ou retrouver votre voie et à prendre votre envol professionnel avec des séances en ligne et des programmes personnalisés.

Ajouter un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués*