delphine fondatrice du tiers lieu studyio

Reconversion : ouvrir un Tiers Lieu, le portrait de Delphine

Dans témoignages de reconversion, je recois aujourd’hui Delphine fondatrice du Stud’Yo, un Tiers-Lieu dédié aux enfants, aux jeunes et aux familles à Clichy !

Ces lieux « hybrides », qui permettent de recréer du lien, se développent de plus en plus et ils donnent envie :

  • d’y entrer,
  • de s’y poser
  • mais aussi d’en créer !

Alors comme pour les autres portraits, j’ai eu envie de connaître l’envers du décor d’une reconversion dans un tiers lieu, les joies et les difficultés.

Pour la petite histoire et pour tous les timides, j’ai « juste » envoyé une demande via LinkedIn à Delphine que je ne connais pas. Elle ne m’a pas mordue et elle a même très gentiment accepté de me répondre !

Alors merci Delphine et pour tous les lecteurs, lectrices : osez 😉

C’est parti !


Reconversion : de RH à fondatrice d’un tiers lieu dédié à l’enfance !

reconversion tiers lieu enfance

Bonjour Delphine, pour commencer merci de m’accorder du temps, je sais qu’il est compté alors je vais faire aussi concis que possible !

Est-ce que tu peux me raconter ton parcours avant cette reconversion ?

 

Alors j’ai 40 ans, je suis mariée et j’ai 3 enfants.

J’ai  une formation et une carrière dans le monde du juridique et des RH.

J’ai travaillé 12 ans dans les RH : 6 ans comme RH généraliste et 6 ans en mode gestion de projets.

 

Et alors qu’est ce qui t’a amenée à quitter le monde des RH pour l’entreprenariat ?

Au retour de mon 2ème congé mat, j’ai commencé à me poser des questions mais je me suis dit que si je partais c’était pour faire vraiment autre chose mais je ne savais pas quoi ! Et je n’ai pas sauté le pas à ce moment-là.

Puis il y a eu un 3ème congé mat, pendant lequel j’ai pu faire plein d’activités avec mes deux ainés : peinture, bricolage, jeux, yoga, gym…

Et l’idée de retourner dans ma boite ne me faisait pas du tout rêver. Nous habitons à Clichy depuis 10 ans et j’avais constaté un manque cruel d’un lieu et d’activités dédiés aux enfants et aux familles de plus en plus nombreuses à Clichy.

Alors je me suis dit que j’avais là une bonne idée de projet et je me suis lancée, j’ai posé sur le papier le concept du Stud’Yo

 

Qu’est ce qui te donnait cette envie de changement 180° ? Qu’est ce qui ne te convenait plus dans ton boulot en RH ?

L’entrepreneuriat, c’est dur, mais c’est la liberté. Dans mon job, je n’avais plus de marge de manœuvre, je ne pouvais plus m’exprimer, je n’avais qu’à produire.

 

Alors concrètement comment s’est passée la transition ?

J’avais envisagé de reprendre en 4/5 mais les conditions de mon retour ne me convenaient pas. Alors, j’ai négocié mon départ.

 

Et à partir de là tu as travaillé sur le projet à 100% ?

Yes, je me suis beaucoup informée, documentée, j’ai rencontré des acteurs du marché, des potentiels prestataires, clients….

Je m’y suis surtout mise à 100% quand j’ai intégré un incubateur. C’est hyper important d’être accompagné !


Se reconvertir pour ouvrir un tiers lieu dédié à l’enfance : les étapes !


Quelles ont été ensuite les grandes étapes dans la mise en place du tiers lieu ?

D’abord se renseigner, ce que j’ai beaucoup fait par moi-même et j’ai alors découvert qu’il y avait plein de gens autour de moi, prêts à m’aider, à me partager leur expérience, à éventuellement s’impliquer dans mon projet.

J’ai ainsi créé un réseau INDISPENSABLE à la réussite de mon projet.

A découvrir aussi :  Reconfinement ... on râle un bon coup et ensuite ?

Ensuite, coucher le projet sur le papier :

  • quelle forme juridique ?
  • le business model,
  • le business plan… J’en ai fait 1000 versions en fonction des locaux que je visitais. 100 m² , 250m², je suis même allée jusqu’à 850 m² !!

Puis, une fois le local trouvé, on passe la vitesse supérieure et on rentre dans le super opérationnel ! Ca fait du bien après des mois de tableaux excel !

 

Alors tu n’as donc pas choisi un local de 850m2 mais de 150m2, pourquoi ? 

Effectivement, le local de 850 m² était top mais un peu gourmand.

J’ai préféré renoncer à ce gros projet dans un premier temps. Mais en même temps, quand je visitais des boutiques de 100 m², ca ne me faisait pas vibrer.

Puis en janvier, j’ai trouvé LE local qui m’a plu.

Et là, j’ai recherché des entrepreneurs pour les travaux, monté le dossier banque et malheureusement… confinement avant d’avoir la réponse de la banque !

Drôle de période pour lancer un projet. Surtout un lieu qui reçoit du public quand les gens sont enfermés chez eux ! Et pourtant…. le 10 avril la banque m’a donné son accord !

 

Ah oui une belle preuve de confiance, comment as-tu réagi ?

Je me suis dit qu’ils étaient soit fous, soit visionnaires !

Et le 11 mai, quand on a déconfiné, je me suis dit que j’avais le local, la banque, la communauté et que ca serait dommage de ne pas sauter le pas. Alors j’y suis allée !

 

Ton projet nécessite un travail de budgétisation assez fine, notamment pour la présentation aux banques. Comment as-tu travaillé cette partie business plan, amortissement, etc. ?

J’ai fait une étude de marché pour voir ce que les clichois attendaient, quel prix ils étaient prêts à payer, j’ai démarché des intervenants pour quantifier leur coûts, j’ai simulé une programmation d’activité pour déterminer ma rentabilité !

C’est un long processus mais assez indispensable pour la banque ET pour le pilotage de l’activité ensuite.


CREATION TIERS LIEU ENFANCE AH ACCOMPAGNEMENT

Ouvrir un tiers lieu dédié à l’enfance : les hauts et les bas


Creer un tiers lieu pour l'enfance

Alors le lancement a pu avoir lieu en mai, au moment du déconfinement.

Concrètement que propose ce tiers lieu ?

En mai, j’ai lancé le go : signature du bail et début des travaux.

J’ai créé le site internet et ai pu ouvrir les ventes d’abonnement en juillet. Lors de l’ouverture, j’avais donc déjà une centaine de clients !

J’ai pu ouvrir en septembre.

 

Le Stud’Yo c’est :

  • Un café sympa, gourmand et kidsfriendly
  • Des ateliers de 0 à 99 ans (musique, yoga, danse, théâtre, culture artistique, cuisine, parentalité….), en solo, en famille,
  • Une aire de jeux libres pour les 0-3 ans
  • Un espace de coworking,
  • La possibilité d’organiser des anniversaires.

 

Qui sont les personnes qui réalisent les ateliers, comment les as-tu trouvées ?

Mes intervenants sont des spécialistes de leur activité. Je veux proposer des ateliers de qualité. J’ai fait beaucoup de démarchage sur les réseaux sociaux, j’ai aussi eu de chouettes mises en contact.

 

Comment s’est passé le lancement ?

Très bien, avec beaucoup de monde qui est venu dès le début c’était top.

Et le 29 octobre on a du fermer dans le cadre du 2ème confinement. Nous avons rouvert fin novembre mais en mode hyper dégradé. Le café reste fermé et les gens fréquentent peu les lieux publics.

Les abonnements pour le trimestre janvier-mars ont été très faibles.

On est en permanence entrain de chercher à se renouveler : on lance par exemple dépôt / vente vêtement, on offre la possibilité de s’inscrire aux activités à la séance.

A découvrir aussi :  Retour en France pendant le Covid : quels conseils spécifiques ?

On fait aussi un peu de location de salle.

 

Quelles sont selon toi les clés de succès au lancement ?

La communauté, les réseaux sociaux qui avaient été activés avant l’ouverture.

Avant le confinement j’ai communiqué sur le projet, raconté sa genèse notamment sur Instagram mais aussi sur les groupes de la ville, dans le journal de la ville.

 

Qu’est ce que tu trouves top ?

L’engouement des gens pour le lieu, au 1er trimestre les gens étaient là, le soutien !

Le contact avec les prestataires, les clients, le fait de lancer des choses nouvelles en permanence.

 

Et qu’est ce qui est difficile ?  

La situation actuelle forcément. Puisqu’aujourd’hui ça ne fonctionne comme prévu, il y a plein de choses qu’on n’a pas pu lancer …

Puis aussi l’idée de quitter mon job au départ c’était d’avoir plus de temps avec mes enfants, une meilleure qualité de vie et pour le moment ce n’est pas le cas. Mais on sait que c’est le cas quand on se lance.

 

La question de la fin : et si c’était à refaire ?

Sans hésitation !


Alors : envie d’oser le CHANGEMENT ?!


Merci encore à Delphine pour ce témoignage !

Delphine a trouvé son idée de reconversion pendant un congé maternité mais elle note bien ensuite l’importance de se faire accompagner et je ne peux qu’insister sur ce point pour la réussite d’un projet entrepreneurial : pépinière, coach, incubateur, ne restez pas seul !

Elle parle aussi de l’importance du réseau et de la communication autour de son projet pour sa réussite et il est effectivement clé de fédérer et de s’entourer, l’article sur l’importance et les clés du réseau est là pour vous aider si vous avez encore du mal !

 

J’espère que ce témoignage vous donne à vous aussi envie d’oser le changement ! Et pour vous aider à franchir une première étape, je vous propose :

Une seule chose à ne pas faire ? Ne rien faire 😉

3 etapes pour une reconversion

tiers lieu enfance le studyo

Vous habitez la région parisienne et vous avez trop envie d’aller rencontrer Delphine ou faire un atelier !

C’est par ici :

www.lestudyo.fr

https://www.instagram.com/le_studyo/

https://www.facebook.com/lestudyotierslieu/


Ne ratez pas les prochains articles  : Inscrivez-vous à la Newsletter ICI !



Aller plus loin

Vous avez envie d’aller plus loin pour trouver ou retrouver votre voie, pour connaître vos forces, vos motivations, pour apprendre à vous vendre…

Je peux vous aider dans des accompagnements personnalisés en ligne. Prenez RDV pour une séance diagnostic OFFERTE pour voir ensemble quel accompagnement vous permettrait de répondre à vos questions


AH Accompagnement

Annaick

Je suis Annaick, j’ai passé 15 ans dans le marketing avec des moments joyeux et d’autres beaucoup moins, vécu 1 expatriation et un retour en France qui m’ont amené à me poser encore plus de questions sur mes envies professionnelles Et c’est au cours de cette 2ème expatriation au Moyen-Orient, que j’ai créé AH Accompagnement pour ceux et celles qui comme moi ont envie d’être épanoui au travail et par le travail. Je vous accompagne donc à trouver ou retrouver votre voie et à prendre votre envol professionnel avec des séances en ligne et des programmes personnalisés.

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2021

Ajouter un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués*