pauline

Une reconversion et deux projets : chambre d’hôtes et boutique zéro déchet dans Paris

Aujourd’hui dans les témoignages de reconversion, le parcours de Pauline, 29 ans qui est assez singulier vous avez le voir puisqu’il est fait d’une rencontre mais une rencontre avec un lieu surtout qui fait naître un double projet un peu fou, un peu énorme aussi !


Conscience écologique et envie de changement professionnel

CHAMBRE D'hotes à paris

Alors pour commencer Pauline peux-tu nous raconter ton parcours ?

J’ai fait une école de commerce à Paris, un mastère en marketing / communication / publicité.
J’ai commencé dans une régie publicitaire dès la sortie de l’école, comme cheffe de produit / chargée de communication institutionnelle.

La communication institutionnelle ce n’était pas mon rêve de toujours et je m’ennuyais un peu.

J’ai changé pour un poste de cheffe de projets marketing dans une agence de communication promotionnelle sur les recommandations d’une amie. J’ai énormément appris, je ne m’ennuyais plus du tout mais c’est passé de stimulant à épuisant.

 

Tu as donc commencé à te dire que tu voulais changer de travail ?

Oui et non. Mon travail du quotidien m’a trop atteint moralement et sans que je ne m’en rende compte, ma motivation et mon envie n’ont plus du tout été au rendez-vous.

J’ai par ailleurs un cercle d’amis, un compagnon qui sont centrés sur des valeurs écologiques et je me suis rendue compte et je me disais que je poussais des gens à acheter des produits que je refusais moi d’acheter.

Je n’étais plus raccord avec mes valeurs, j’étais trop stressée et je n’arrivais plus du tout à m’épanouir.

Donc j’ai commencé à me poser des questions sur mon avenir, si je pouvais continuer dans ce secteur mais surtout, continuer à travailler avec des marques avec lesquelles je n’étais plus du tout en phase.

(Si vous avez envie de creuser ce sujet des valeurs, vous pouvez aller lire cet article sur l’importance d’être en phase avec ses valeurs)


Un lieu pour une double reconversion : chambre d’hôtes et boutique zéro déchet en plein cœur de Paris


RECONVERSION ZERO DECHET PARIS

Et là il y a donc une rencontre comme je le disais en introduction !

Oui on cherchait à déménager dans Paris avec mon compagnon.

On a vu l’annonce d’une maison qui nous plaisait, on s’est dit « qui a les moyens d’acheter ça » mais on l’a visitée, juste pour rigoler.

Le lendemain mon compagnon avait cogité toute la nuit et me proposait de l’acheter pour en faire quelque chose. Il avait une idée de faire un business à l’intérieur pour pouvoir en vivre.

On a beaucoup discuté et décidé de faire une maison d’hôtes. L’idée est donc venue d’abord d’un projet personnel : vivre dans paris et avoir un jardin !

 

Comment tu as pris la chose toi ? Tu as tout de suite trouvé que c’était une bonne idée, tu as dit GO tout de suite ?

Mon compagnon vient d’une famille d’entrepreneurs et il n’avait pas peur mais il venait de prendre un nouveau job et il n’était pas question qu’il en change.

Moi je viens d’une famille très raisonnable ça me faisait extrêmement peur mais je me disais « quels sont réellement les risques ? ». Et puis, je me suis aussi demandée si le projet pouvait me convenir.

J’ai montré le business plan à mon père qui est directeur financier et qui a tout analysé et qui m’a dit « au pire tu revendras cette maison et le risque n’est pas énorme » ! Cela m’a rassurée et je me suis dit qu’on pouvait y aller !

On a vu 14 banques et la 14ème nous a dit oui la veille de la promesse de vente.


Une maison d’hôtes en plein Paris !


Alors une fois que le projet était parti comment se sont passées les choses ?

Il y avait beaucoup à faire : 6 chambres avec des travaux. On a eu beaucoup d’aide des amis, de la famille pour faire les travaux.

Ensuite il y a eu le site, les annonces, la décoration, apprendre le fonctionnement des plateformes, apprendre de tout nouveaux gestes et une nouvelle routine, plus tous les achats à trouver !

 

Et donc c’est toi qui gère tout ? Dans le témoignage d’Emilia sur les chambres d’hôtes elle m’a bien expliqué à quel point c’était du gros boulot !

Oui je fais le ménage je gère tout ce qui opérationnel, les échanges avec les futurs voyageurs, l’accueil, le marketing et la communication. Heureusement sur cette partie-là je connaissais la gestion de site internet par exemple. Mais j’ai du tout apprendre sur la gestion de réseaux sociaux.

 

Comment avez-vous fait pour vous faire connaitre ?

J’ai fait le logo, les cartes, un site puis des annonces sur Booking et Airbnb.

J’ai beaucoup travaillé sur les photos, rédigé un livret d’accueil complet et trouver des idées pour les petites attentions qui marquent : par exemple je fais des savons maison comme cadeau de bienvenue, je rédige une petite ardoise personnalisée pour chaque voyageur, etc.

A découvrir aussi :  Reconversion comme architecte d'intérieur : Amélie !

On a eu des réservations dès le départ en fait, pas de meilleure façon d’apprendre que d’être projeté !

 

Comment expliques-tu un tel succès ?

L’emplacement près du Sacré Cœur mais surtout une maison d’hôtes dans Paris c’est rare.

Les gens viennent pour le côté maison d’hôtes, on a ouvert les parties communes avec la cuisine, pour les parents c’est top par exemple.

Il y a un espace extérieur aussi et c’est un peu cosy, il y a des jeux de société, une cheminée l’hiver, nous mettons 2 vélos à disposition, des tapis de yoga, …et un petit déjeuner parfaitement parisien !

 

chambre d'hotes paris
luco zéro déchet

Une boutique zéro déchet en plus !

Alors en parallèle de la maison d’hôtes, vous avez ouvert une boutique zéro déchet, pour quelle raison ?

Nous ne pouvions faire légalement que 5 chambres, il nous restait une pièce et nous voulions aussi diversifier les revenus.

Avec un ami qui lui aussi voulait monter un projet, on a décidé d’ouvrir une boutique zéro déchet de produits locaux et sans emballages jetables, c’est un projet en lien avec l’écologie qui nous « parle ».

J’y travaille à mi-temps, notre ami à temps plein.

 

Comment fonctionne cette boutique ?

L’épicerie est indépendante. On a ouvert en magasin physique 6 j sur 7 jusqu’au confinement.

Le gros défi a été de se rendre visible de la rue, nous avons donc dû être très ingénieux !! On est allé aux sorties de métro, on a fait tester les produits, on distribuait nos produits.

Mais au bout de quelque temps, on a commencé à avoir du monde avec le bouche à oreille … le Covid est arrivé et nous a obligé à tout revoir.

Niveau charge de travail ça a été encore plus énorme, opérationnellement et intellectuellement : conditionner tous les produits, préparer les commandes, créer tout un site internet, gérer les réseaux sociaux, être ouverts 6/7j donc j’avais une demi-journée de repos par semaine, …

 

Justement comment le COVID a impacté l’activité ?

Alors sur les chambres, nous n’avons eu quasiment personne pendant le confinement c’est bien reparti ensuite, à suivre avec la remontée du nombre de cas, nous croisons les doigts.

Sur la boutique, nous avons décidé de faire des livraisons mais cela a nécessité une refonte du site et de la logistique, des livraisons à vélo. Cela a rendu le projet moins rentable. On va devoir faire un point financier à la rentrée sur ce projet pour voir si ça repart si on peut continuer et comment.

Un lieu, un projet, une reconversion de sens … et des « défauts »


reconversion mindset AH Accompagnement (10)

Qu’est ce qui te plait le plus dans ce double projet ?

  • La gestion « libre » du temps par exemple les jours où j’ai des personnes qui restent plusieurs nuits et donc en dehors du petit déjeuner je suis libre ! Je peux faire du sport, lire, prendre en RDV en semaine et pas le soir seulement !

 

  • Recevoir autant : des fleurs, un truc de leur pays. Un couple qui m’a ramené une tarte le dimanche en partant ! Les commentaires aussi ! Les gens qui se posent, on discute sur des cultures différentes, par exemple avec une japonaise qui voyageait seule. Ce qu’on s’apporte mutuellement et qu’on apprend. Je ne pensais pas recevoir autant tant « matériellement » qu’en échanges.

 

Et ce que tu aimes le moins ?

  • Dépendre des gens et de chaque heure d’arrivée : il y a marqué « arrivée à partir de 15H » mais on me demande toujours de passer avant déposer leurs valises et parfois sans demander ils arrivent alors que je suis en train de servir 14 petits déjeuners et il faut garder le sourire tout le temps…

Ils pensent un peu comme un hôtel que je vais être là tout le temps donc je ne peux pas sortir si les personnes ne me disent pas à quelle heure elles arrivent ! Et il y a ceux qui ne m’ont jamais répondu et donc je suis bloquée toute la journée à attendre.

  • Répondre à beaucoup beaucoup de questions et donc être beaucoup sur mon téléphone alors que je n’aimais pas trop ça !
  • Le ménage ! Contrairement à d’autres régions, les gens ne restent souvent qu’une nuit donc si j’ai 5 départs / 5 arrivées, j’ai 5 chambres à faire avec 200m2 d’aspirateur, 3 salles de bain, des draps à laver, changer, etc.

Je ne pensais pas que tout ça prenait autant de temps !

  • De tout partager, il y a des jours où j’aimerais être tranquille et ne pas parler ou préparer 14 petits dej ! Surtout si on a fait la fête la veille ! Il faut que dès le réveil je sois sociable et souriante et parfois on est juste fatigué c’est humain.

Si on est au boulot et qu’on n’a pas envie de parler on peut, là non !

  • Travailler de chez soi, on ne sort jamais du cadre du travail, on ne quitte jamais son travail ni physiquement ni dans l’esprit
A découvrir aussi :  Comment se reconvertir : les solutions pour y arriver

 

  • Et enfin les quelques personnes peu respectueuses, qui salissent, les font du bruit, qui critiquent …mais c’est vraiment très rare !

 

Qu’est-ce que ce projet a changé pour toi ?

J’ai appris à être plus patiente, à être plus cool, à laisser couler.

On s’est dépatouillé, j’ai appris un nombre de choses que je ne pensais pas être capable d’apprendre parce qu’on n’a pas le choix.

Je ne pensais pas en être capable de travailler autant mais c’était trop il y a eu des jours de craquage. Faire les 2 projets en même temps c’était beaucoup sans doute trop.

Pour me soulager dans les journées, j’ai cherché à optimiser pour faire des journées plus tranquilles.

Mais je suis fière de moi parce que je fais partie du peu de personne qui ont osé !

Je suis contente de me dire je me suis lancée, j’ai vu et j’ai beaucoup appris. Ça me permet de mieux me connaitre et si ça ne me plait pas je pourrai me dire que je sais que je préfère être salariée !

Je ne me poserai plus jamais la question de « serais-je capable un jour d’avoir mon propre business », question qui me taraudait depuis un petit moment, et je serai aussi nettement plus compréhensive face à un futur chef d’entreprise si je redevenais salariée.

 

Tu as fait « tout toute seule », tu n’as pas eu envie de te faire aider pour ce projet ?

Non, là l’idée est comme « tombée du ciel » même je n’ai pas tout de suite adhéré et il a fallu me projeter mais si ce projet s’arrêtait je n’aurais aucune autre idée et là j’aimerais me faire accompagner !

 

Et ma classique question de la fin, et si c’était à refaire ?

Je le referais mais l’un ou l’autre, la maison d’hôtes ou l’épicerie mais pas les deux en même temps, ça m’a trop éprouvée.

Mais je le referais, j’ai tellement appris, c’est aussi une aventure de couple, un pari !

J’en ressors grandie et en couple ! un couple encore plus en béton !

J’adhère et j’aime beaucoup.


Oser, se lancer, trouver le projet !


Je remercie Pauline pour cet entretien, vous pouvez retrouver ces beaux projets ici :

https://www.leluco.fr/

Les chambres de Pauline

 

Pour Pauline, l’envie de changement est venue de plusieurs faisceaux :

  • trop de travail
  • trop de pression
  • et un « désalignement » entre son job et ses valeurs

 

Alors qu’elle avait envie de changement, la « rencontre » avec un lieu, un peu comme pour Emilia qui a aussi ouvert des chambres d’hôtes, lui a permis de trouver « son » projet.

 

Si vous aussi, vous avez des envies de changement, garder l’esprit et les yeux grands ouverts peut être utile parce que parfois les choses « arrivent », se font parce qu’on est prêt.

Mais parfois aussi on a besoin d’aller « chercher » ce projet, de plonger en soi, de creuser un peu plus ! Ou bien on a envie de valider son projet avant de se lancer.


Trouver Sa Voie AH Accompagnement (1)

Dans ce cas, je vous propose un chemin en 3 étapes :

 

  • UN GUIDE  : les 3 premières étapes guidées pour trouver son projet

 

  • ET DES ACCOMPAGNEMENTS si vous sentez qu’un accompagnement est nécessaire parce que vous avez déjà lu tout ça mais que ça tourne en boucle dans votre tête. Prendre RDV pour 45 Mn DIAGNOSTIC offertes pour voir si effectivement un accompagnement serait utile pour vous aider !

Ne ratez pas les prochains articles  : Inscrivez-vous à la Newsletter ICI !



Aller plus loin

Vous avez envie d’aller plus loin pour trouver ou retrouver votre voie, pour connaître vos forces, vos motivations, pour apprendre à vous vendre…

Je peux vous aider dans des accompagnements personnalisés en ligne. Prenez RDV pour une séance diagnostic OFFERTE pour voir ensemble quel accompagnement vous permettrait de répondre à vos questions


AH Accompagnement

Annaick

Je suis Annaick, j’ai passé 15 ans dans le marketing avec des moments joyeux et d’autres beaucoup moins, vécu 1 expatriation et un retour en France qui m’ont amené à me poser encore plus de questions sur mes envies professionnelles Et c’est au cours de cette 2ème expatriation au Moyen-Orient, que j’ai créé AH Accompagnement pour ceux et celles qui comme moi ont envie d’être épanoui au travail et par le travail. Je vous accompagne donc à trouver ou retrouver votre voie et à prendre votre envol professionnel avec des séances en ligne et des programmes personnalisés.

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2020

Ajouter un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués*